La perspective de l’esthéticienne – interview de Lili Beauté

Par Zoe Leonard

Qui mieux que Lili peut nous parler de ménopause ? Elle qui depuis 20 ans est esthéticienne au cœur de Paris, elle dont le travail est notre intimité et qui au contact de nos corps perçoit toutes nos émotions, nos vulnérabilités.

Ce mardi matin, Lili nous parle de la ménopause et nous invite à prendre le temps : de l’anticiper, l’accepter et de prendre soin de nous bien sûr !

 

Parlez-vous de la ménopause avec vos clientes ?

Oui dans l’intimité du salon, mes clientes évoquent les changements de leur corps : leur peau qui se déshydrate, la prise de poids, les rides. Ces changements du corps, cette mutation, peuvent être un choc. Certaines femmes passent du 36 au 40/42, elles ont dans l’incompréhension et parfois même la dépression.

Sur le plan émotionnel, j’observe aussi que certaines femmes ont les nerfs à fleur de peau ou me disent qu’elles deviennent plus sensibles.

Au cœur de la ménopause, il y a le ressenti très particulier des femmes, notre intuition féminine, notre sensibilité que nous avons de la chance d’avoir.

La pré-ménopause et la ménopause se manifestent d’abord au niveau physique puis sur le plan émotionnel. Le corps et l’esprit ont besoin de temps : l’acceptation se fait avec du temps. On subit ces transformations, on ne les choisit pas. Il me semble donc important de les anticiper. Il faut parler de la ménopause et prendre des mesures en amont pour l’accepter psychologiquement avant que les changements physiques ne surviennent.

 Il faut se donner la chance et le temps de bien accepter sa ménopause, bien la vivre – donner du temps au temps.

 

Pourquoi est-il important d’anticiper la ménopause ?

Cette période est à préparer et même à la pré-ménopause il n’est pas trop tard mais il y a du boulot !

La meilleure façon de se préparer à la ménopause est de s’informer pour être en mesure de prendre les bonnes décisions pour son corps et son esprit : activité physique, mesures diététiques, faire le choix ou pas du THM avec l’aide du gynécologue…

Le dessèchement vaginal par exemple ne doit pas être une surprise – les femmes doivent être capable de l’identifier pour chercher les solutions rapidement avant qu’il n’y ait des conséquences sur leur vie de couple.

On ne peut changer la ménopause mais on peut l’améliorer.

Apprendre à bien vieillir en général est un travail de longue haleine, c’est avant 50 ans qu’il faut changer son hygiène de vie et son alimentation. La vie d’une femme est si remplie, enfants, boulot, parents, conjoint, intendance etc. qu’il reste peu de temps pour soi, mais il faut le prendre – sans être bien on ne sera pas bien pour les autres.

 

« Parler de la ménopause », faut-il le faire plus souvent, différemment ?

La ménopause est un sujet que les femmes même entre elles n’abordent pas facilement. Cela change un peu mais je remarque que souvent les femmes vivent la ménopause, en ressentent les effets, mais elles ne la connaissent pas. Parce qu’elles n’en n’ont pas entendu parler, elles pensent que c’est un problème strictement personnel.

Aujourd’hui la ménopause se banalise un peu et cela aide certaines femmes à se sentir moins seules, elles savent que nous allons toutes passer par là et l’esprit de groupe rend la ménopause plus facile à surmonter. Plus d’information aide aussi les femmes à être dans l’action : elles essaient parfois l’homéopathie ou les médecines douce, les compléments alimentaires ou encore l’acupuncture pour les bouffées de chaleur.

 

Quelles autres solutions recommandez-vous?

L’hydratation intérieure et extérieure sont importantes, je recommande souvent les omégas 3, 6 & 9 et l’huile de bourrache et onagre.

J’offre aussi à mes clientes la pressothérapie avec infra-rouge ou ultrasons. Les infrarouges ont une action sur la rétention d’eau et les dépôts graisseux au niveau du derme, les ultrasons ont une action sur les graisse au niveau de l’hypoderme. Ces deux techniques peuvent être utilisées en alternance et améliorent le grain de la peau et le bien-être mais ne font pas forcément une taille de guêpe ! A la ménopause on veut juste se sentir bien.

Pour en savoir plus sur Lili, c’est ici.

Photo by LIANE on Unsplash.

Commenter

* En utilisant ce formulaire vous acceptez le stockage et l'usage de vos informations par ce site internet.

Vous aimerez aussi

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Accepter Plus d'infos